S'inscrire

Inscription Newsletter


ListeConférences

Radio Medecine Douce

Interview



martin thomas
Martin THOMAS

Kinésiologue spécialisé / Réflexologue /Thérapies du mieux-être
24 rue du Moulin
67205 OBERHAUSBERGEN
Tél. : 06 79 42 83 61

http://www.vivremieux-martin-thomas.fr (ouverture prochaine)
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.



Martin THOMAS, kinésiologue spécialisé a participé au salon Interwell du Bien-Etre et du Développement Personnel en octobre 2011.
Ma première rencontre avec Martin s’est faite lors d’une conférence où il présentait sa discipline. Je me suis portée volontaire pour une démonstration de sa technique. Impressionnée par la précision et la justesse des informations sur mon histoire personnelle trouvées grâce à la kinésiologie, j’ai voulu en savoir plus. Je vous livre ma rencontre avec Martin.


Qu’est ce que la kinésiologie ? J’ai cru comprendre que c’était une technique qui permettait de dialoguer avec le corps. Comment faites-vous ? et en quoi ça consiste ?
En kinésiologie, l’outil principal utilisé est le test musculaire qui interroge la mémoire du corps. Le corps garde en mémoire tous les évènements de notre vie.
Il nous indique les sujets importants à travailler, les causes de nos difficultés et les corrections à appliquer.
Il y a en chacun de nous une force qui nous pousse à chercher à être heureux, à vivre mieux, à vivre plus. C’est plus fort que nous. On ne peut pas faire autrement.
Mon travail consiste à permettre aux personnes de renouer le lien avec cette force et cela va bien au-delà de l’auto guérison.
Il y a de plus en plus de personnes qui viennent me consulter pour apprendre à  libérer leur total potentiel.

Pouvez-vous nous expliquer le déroulement d’une séance ?
Une séance dure 1h15, elle se passe toujours dans la douceur et le respect total de la personne qui consulte, quel que soit son âge, ses origines et le type de difficultés qu’elle rencontre.
Il y a d’abord une prise de contact verbale et définition de l’objectif que la personne souhaite atteindre. Cela peut être un objectif physique, mental, spirituel ou social. Par exemple, cela peut être le soulagement de douleurs physiques, les allergies, les dépendances, la confiance en soi, la perte de poids, les traumatismes, la fatigue, le stress, le deuil, le chômage, la dyslexie, la concentration, etc…
Ensuite, il y a le dialogue avec le corps à travers le test musculaire. Le corps ne ment pas. Le corps nous amène vers le sujet que la personne est prête à travailler. Grâce au test musculaire de précision j’identifie le type de déséquilibre qui a  empêché la personne jusqu’alors d’atteindre son objectif.  Afin d’augmenter nos chances de réussite, je prendrais toujours en compte les multiples aspects de sa situation individuelle et unique.
Le physique (posture, douleurs, dysfonctionnements)
Les émotions et leurs impacts sur le corps
Le mental et son impact sur certaines attitudes face à la vie
Son histoire de vie et ses empruntes sur son quotidien
La qualité de l’énergie qui circule dans ses méridiens d’acuponcture
Parfois, la personne porte en elle des souvenirs si douloureux que son corps la protège et nous oriente vers des sujets moins difficiles lors de la première séance. L’avantage du test musculaire c’est que ce n’est pas moi qui décide du processus à suivre et des sujets à travailler lors d’une séance. C’est la personne elle-même qui au travers de son corps me guide et m’autorise à aller là où un travail est possible.
Une fois la problématique identifiée (l’objectif et les racines), j’apporte des corrections au travers du corps. Ces corrections peuvent être des stimulations des points d’acupuncture, des mouvements occulaires apparentés à l’EMDR, des mouvements spécifiques du corps comme le braingym, la visualisation, etc…Je dispose d’une large boite à outils adaptée en fonction des besoins exprimés par le test musculaire.
La personne participe pleinement à la séance car elle constate en début de séance ce qui est déséquilibré et, en fin de séance elle constate l’équilibre rétabli. Des exercices à la maison peuvent éventuellement être préconisés pour ancrer le travail fait en séance.

Comment la kinésiologie agit-elle ? Finalement, elle nous libère de certaines croyances devenues inadaptées et d’autres qui ne nous appartiennent pas ?
Oui, ces croyances sont issues de notre expérience de vie propre et également de celles de nos ancêtres. La seule chose sur laquelle je ne peux pas agir, c’est sur la part purement génétique de l’héritage.

Plusieurs séances sont-elles nécessaires ou peut-on observer des résultats rapidement ?
Le plus souvent il y a des résultats dès la 1ère séance mais si aucune amélioration n’est visible après 3 séances, je propose de faire le point pour réorienter la poursuite du travail en commun.
La personne a toute liberté à tout moment d’interrompre ou de poursuivre le travail.
Comme je l’ai expliqué tout à l’heure, le corps, pour nous protéger nous guide uniquement vers les sujets que la personne est prête à aborder. On constate donc souvent une progression de l’importance et la profondeur des sujets d’une séance à l’autre.

Comment êtes-vous venu à la kinésiologie ?
J’étais ingénieur en informatique, cadre en entreprise J’étais consultant auprès de grands comptes internationaux. Pendant cette période professionnelle de plus de 20 ans, c’est la part humaine de mon métier qui m’intéressait le plus.J’ai vu l’effet du stress sur la santé et sur les performances professionnelles de mes collègues, patrons et clients. Au travers de nombreuses lectures, de rencontres et de consultations, j’ai découvert qu’on pouvait agir autrement sur le stress que de simplement faire cesser l’apparence du mal. J’ai compris qu’on pouvait se libérer en profondeur et durablement.Après avoir testé de multiples thérapies, j’ai suivi une séance de kinésiologie et elle m’est apparue comme une technique évidente que j’ai souhaité approfondir. Elle correspondait parfaitement à mon approche pragmatique de ma recherche de solution.

Pouvez-vous me dire en quelques mots quel est votre parcours ?
J’ai suivi mes formations dans les écoles référencées par la Fédération Française de Kinésiologie Spécialisée, notamment à Metz.
Je pratique depuis 2003 dans mon entourage proche, et j’ai obtenu ma certification de kinésiologue professionnel en 2005. C’est à ce moment là que je me suis installé comme professionnel.

Vous servez-vous d’autres techniques que la kinésiologie ?
Oui, j’ai développé ma propre technique de massage que j’ai appelée le massage hologramme® puisqu’il s’adresse à nos multiples aspects. C’est un massage qui calme, rassure, réharmonise nos différentes parties entre elles, On en ressort revigoré.
Je pratique la réflexologie plantaire, le dien chan ; c’est une technique de réflexologie vietnamienne, l’EFT, les constellations systémiques individuelles. J’utilise aussi les ventouses comme les pratiquaient nos grands-mères mais en me fondant sur mes connaissances actuelles en physiologie et en énergétique.

Proposez-vous des stages ou des formations ?
Lors des séances nous abordons les sujets très personnels et nous n’avons pas toujours le temps d’expliquer les mécanismes qui sous-tendent notre manière de mener notre vie.
J’ai donc développé un programme de formation de 2 jours « comment mieux vivre avec nos émotions. ».
Il s’adresse à toute personne qui a envie d’être autonome, qui a envie de comprendre et d’apprendre les techniques et exercices efficaces à pratiquer chez elle pour que les émotions deviennent des alliées pour une vie plus heureuse.

Que faites-vous pour votre bien-être ?
Je suis une personne normale avec une vie normale, c’est à dire que je ne m’astreins pas à mener une vie d’ascète.
Je ne partage pas la croyance largement répandue qui voudrait que la vie privée d’un thérapeute  s’accompagne obligatoirement d’interdictions et de contraintes.
J’aime les gens, j’aime la vie et je souhaite vivre pleinement ce qu’elle m’offre. J’apprécie aussi la bonne chair et les fêtes entre amis.
Pour poursuivre mon évolution personnelle, je consulte mes confrères, je participe à de nombreux stages et formations, je m’informe par la lecture et je participe à des groupes de thérapeutes dans la région.
La méditation que je pratique tous les jours fait le lien entre ma dimension humaine et ma dimension spirituelle.

Avez-vous une histoire qui vous a particulièrement touchée à nous raconter ?
J’en aurais plusieurs et parmi les plus beaux cadeaux que l’on me fait, ce sont les témoignages des personnes que j’ai pu aider à trouver leur place dans ce monde ; celles qui ont trouvé leur voir professionnelle, celles qui ont trouvé leur âme sœur,  et toutes celles qui sont épanouies parce que leurs blocages ont été levés.

Quelles sont vos autres passions en dehors de votre métier ?
La musique. Je pratique plusieurs instruments et actuellement je vis une belle aventure musicale et humaine avec un groupe orienté vers la musique tzigane.


Interview réalisée par Isabelle Marquis (Février 2012)